Damages 1/4

Christian Viguié a obtenu le prix Mallarmé en 2021 pour son recueil Damages, dans lequel il parle de la mort de ses parents. Ce recueil comprend deux parties. La première, qui représente les deux tiers de l’ouvrage, est celle du père, la seconde est celle de la mère.  Partant de questions que lui a posées la revue Fragile, le poète nous livre quelques réflexions sur son livre. Christian Viguié est aussi dramaturge et romancier.

.
.Le thème de l’arbre est récurrent dans ma poésie. Dans ce vers précis « …il y a un arbre toujours plus nu/ qui sort de ta bouche ? », il s’agit bien sûr de l’agonie de mon père. Ses derniers mots, son dernier souffle. Comme si dans ces ultimes moments les mots avaient disparu et n’apparaissaient que sous forme de buée. Comme s’il ne restait plus qu’un feuillage. Mon père était un planteur d’arbres. Il avait planté des acacias pour border le talus de la maison afin de retenir la terre. Les arbres les plus proches lorsque nous sortions de la maison étaient ces acacias. La maison jouxtait aussi une forêt de chênes et de châtaigniers. Nous étions entourés d’arbres. Mon père a été un créateur d’arbres jusqu’à sa mort.

En même temps, je ne crois pas à l’explication de texte. Ancien enseignant, je me refusais à cela. Je trouvais cette demande scolaire déprimante, mutilante, comme si l’essentiel était de trouver une raison ou un ordre logique au labyrinthe de l’émotion. L’idée est fabuleusement de se perdre, pas de se retrouver. Il y a à inventer des chemins. La poésie invente des chemins et évite tous les balisages. Il n’y a aucune clarté agissante dans l’analyse d’un poème. Bien au contraire, la poésie nous aide à nous défaire de notre prudence réflexive. Je comprends qu’en tant que lecteur (je le suis moi-même) on cherche une adéquation interne, une compréhension d’un monde qui se met en écho mais le grand voyage, encore une fois, n’est plus le fait du poète ou de l’écrivain. Il provient de celle ou de celui qui lit, qui ressent, éprouve ou pas, et qui engage son émotion à sa manière sans se préoccuper si elle répond ou pas à l’attente de l’auteur. Je ne veux pas dire qu’il y a une impossibilité d’une compréhension commune. Par contre ce qui la construit, ce n’est pas l’os qu’il convenait de déterrer ou la vérité qu’il y avait à trouver, comme s’il n’existait qu’une saisie unique. Cette compréhension est basée sur une complémentarité, sur ce foisonnement d’impressions lorsque l’on s’approche d’une chose, d’un objet évident et mystérieux dont la matérialité première serait la somme ouverte de tous nos étonnements.

Maladroitement, je dirais que lire un poème, c’est traverser une forêt de questions et les nids que nous trouvons seraient en réalité nos propres réponses. Si l’on revient sur la thématique de l’arbre, il me semble que le poème qui va suivre y répond. Il parle d’un arbre réel et de cet arbre que mon père plante dans l’abîme.
.

 

Lorsque je passe sous l’acacia

que tu as planté

je m’étonne que ton nom

ne veuille plus tomber comme une feuille

ni s’élever avec la lenteur d’une fleur

.

Je m’étonne que ton nom

soit cette feuille et cette fleur

qui ne veulent ni chuter ni croître

.

Je me dis alors

que ton nom est l’envers d’une fleur

l’envers d’une feuille

l’envers de croître et de chuter

.

Ainsi je me convaincs

que tu as planté deux arbres

un arbre planté dans le réel

et l’autre dans l’abîme

et que l’abime est une ombre immobile

ou le premier feuillage de l’arbre réel.

2 Commentaires

  • Ariane dit :

    Sans doute n’y a-t-il pas d’intérêt à « l’explication de texte », particulièrement en poésie. En revanche on peut en trouver, il me semble, au commentaire, à l’écho au texte. Chercher un « ordre logique » à l’émotion l’affaiblit-elle, ou pas ? Vaste question je trouve, qu’il n’est pas si facile de trancher. Quoi qu’il en soit on peut, c’est vrai, commenter sans analyser, juste renvoyer ses mots de lecteur aux mots de l’auteur, dans les cas où ils produisent chez ce lecteur une émotion, quelle qu’elle soit.

  • Pierre Hélène-Scande dit :

    Quand on vient de lire un poème, il est difficile de le commenter. Que ce soit intéressant ou non, il est tout simplement difficile d’en dire quelque chose. « Juste renvoyer ses mots de lecteur aux mots de l’auteur », comme le dit si bien Ariane, ce n’est pas si facile mais on peut s’y essayer pour peu que le poème retentisse en soi, et croire que le résultat, si modeste qu’il soit, sera digne de quelque intérêt. C’est une manière d’adresser un geste à l’auteur.

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.