LA TÊTE PLEINE DE REGRETS

.

Je me plains à mes vers, si j’ay quelque regret,
Je me ris avec eux, je leur dis mon secret,
Comme étant de mon cœur les plus sûrs secrétaires.

Joachim du Bellay

.

N’écrivez pas amour
Le panier est percé
La chanson de toujours
Est morte dans la tranchée

C’était un musicien
Du clavier tempéré
C’était un paysan
La tête dans les blés

Amour fut sans secours
Le clavecin cassé
La charrue sans ses bœufs
La petite chanson
À la grille rouillée

Toi qui tires tes lignes
D’un fil à l’autre
Oublie donc ce ronron
Qui sourd la tête pleine
De Regrets

.

.

Jean-Jacques Dorio

Jean-Jacques Dorio

DORIO Jean Jacques/ 1945/ Ariège/ marié 4 août 1979/ veuf 2014/ Professeur de collège/ 1966-2005/ Coopérant à Caracas (Venezuela) 1968-1970/ Vit depuis 1978 aux Martigues/ Livres de poèmes : Secret des marges : Rafael de Surtis (2011)/ JeT’Rêve : Rafael de Surtis (2011)/ Itinéraires : P.J. Oswald (1975) Recueils de poésie chez Encres Vives/ Livres d’Artiste / CD de Chansons (paroles, musiques, interprétations JJ Dorio). Blog de poésie : un poème pour chaque jour depuis le 08/01/2006, poésie mode d’emploi wordpress.com/view/poesiemodedemploi.home.blog

    Voir tous ses articles

    2 Commentaires

    • Laure-Anne FB dit :

      Un ronron qui sourd sans assourdir, ni clouer le bec à la gorge tranchée, depuis Rimbaud, on le sait, elle parle dans le val…

    • André Bellatorre dit :

      Le panier est percé, le clavecin est cassé mais malgré la grille rouillée (souvenir proustien?) sourd la chanson ténue mais émouvante

    Laisser un Commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.