Journal dédié aux revues culturelles, le bien nommé Ent’revues a consacré, par la plume alerte et bienveillante de Frédéric Repelli, un article à Fragile, reproduit ci-dessous. Que cette plume, son propriétaire et le journal en soient remerciés.

Fragile mais généreuse. Fragile mais ample. Telle est cette nouvelle revue en ligne qui se déploie en 5 rubriques : « Le Corps », « La Lettre », « L’Œil », « L’Oreille », « Les Raisons » qui montrent l’étendue de ses curiosités et lui valent bien le pluriel de son sous-titre : « Revue de Créations ». Pour Pierre Hélène-Scande, l’animateur de la revue, le projet est de s’intéresser et de faire partager les créations des autres dans la diversité de leurs formes, écrites, visuelles ou sonores. Sans négliger qu’elles s’inscrivent dans le temps, la société, les problématiques contemporaines (féminisme, écologie) : où s’éclaire l’intitulé « Les Raisons ». P. Hélène-Scande ajoute cette touche modeste : « Sans s’aveugler naturellement sur ses faiblesses, ses défauts, sur sa fragilité. » Le titre de la revue trouve ici sa clé.

Pas besoin de clé cependant pour naviguer dans la revue élégamment mise en forme qui propose, dès ses débuts, abondance de biens. Les rubriques se développent le plus souvent en séries de courtes interventions : ainsi « La Lettre » donne-t-elle à lire un ensemble de 16 haïkus de Françoise Salamand-Parker proposés en 3 langues : « Prés verts et mer bleue/Union terre et océan/Camaret- sur-Mer », les polyglottes pourront également l’apprécier en anglais et espagnol. En 5 chapitres, le récit de Laure-Anne Fillias-Bensussan, « Treize ans : une brève odyssée »… « L’Oreille » est une invite à écouter du jazz (Sophie Chambon) ou à découvrir ce que sont les beatmakers avec le groupe LJ Crown (P. Hélène-Scande).Pour « L’Œil » un faisceau de textes sur le travail de la peintre Isabelle Valobe, 13 œuvres dessinées de Oline Ox, une évocation du Joker de Todd Philips…

Quant au corps, il joue (« Avignon Off »), il souffre (« Des maux »), il pose : variations en 7 mouvements sur le modèle par Jacqueline L’Heveder. Le corps, c’est aussi la main qui trace des lettres comme cette graphie malhabile du mot « fragile » écrite de la main gauche par le droitier P. Hélène-Scande : manière d’emblème de la revue tracé au vert comme sa jeunesse.

On pourrait encore feuilleter longtemps cette fragilité gourmande de la revue. Continuer d’égrener des noms d’auteurs qu’on ne connaissait avant de les découvrir au fil de la navigation : ce n’est pas le moindre charme de Fragile que de semer ainsi des promesses.

Frédéric Repelli,

le

Un commentaire

  • Ariane Beth dit :

    Super encourageant, tout ça ! Et en plus tous les confinés que nous sommes vont avoir du temps pour lire et relire, écrire et récrire (euh sauf peut être ceux qui ont des enfants petits – une pensée émue pour eux).

Laisser un commentaire