CHARLIE CHAN, intriguant exemple de détection au cinéma

On peut ne pas entrer dans la recherche éperdue du “Who dunnit?” et préférer les polars plus particuliers,  métaphysiques, avec suprématie de l’inconscient, sur les traces de Hammett, plus encore que de Chandler… Ces auteurs ont renouvelé le roman du genre pour le plonger dans le réalisme de la pègre et de la corruption sociale. Le cinéma a emboîté le pas avec les films noirs qui retracent une histoire de l’Amérique et du crime, pleine “de bruit et de fureur”.

L’amateur d’énigmes sophistiquées, à la Sherlock Holmes ou Agatha Christie, n’y trouvera pas toujours son compte. Si tout est confus dans ces histoires, il reste action, violence et angoisse comme dans le Grand Sommeil de Hawks. L’intrigue, à laquelle on ne comprend pas grand chose est complexe, embrouillée à souhait. Le metteur en scène lui même se fichait complètement de la vraisemblance de la narration, personne sur le plateau ne pouvait dire ce qui se passait au juste, scénariste compris, mais quelle importance? On voit le film avec un plaisir manifeste pour d’autres raisons.

Alors pourquoi, si le jeu abstrait qui passionne le lecteur-joueur n’est pas notre mobile, s’intéresser à la série des Charlie Chan, ces petits films des années trente ? Vous avez dit mystère?

Earl Derr Biggers écrivit le premier de six romans en 1925, romans d’atmosphère policière avec cadavres et détective où seule la recherche du criminel compte. Clarification et résolution de l’intrigue en moins d’une heure trente, pour les adaptations cinématographiques. Charlie Chan n’est pas un détective des plus “classiques” pour autant. Ce sino-américain a commencé dans la police d’Hawaï (dont il est originaire) avant de devenir le fin limier dont on suit les tribulations de Reno à Shanghaï, de Monte Carlo à Honolulu, en croisière mais pas jusque dans l’Orient Express tout de même, parfois accompagné de l’un ou de plusieurs de ses nombreux enfants (14 au total). Des BD furent également tirées de l’ouvrage et des « comic books ».(1) Quarante neuf films de 1929 à 1946, furent tournés avec, pour l’incarner, pas moins de quatre acteurs, tous occidentaux et donc grimés. Le premier qui tourna 14 de ces films, de 1931 jusqu’à sa mort en 1938, était Suédois, Warner Oland. Il est peut être l’acteur le moins sujet à caricature.

Dans Charlie Chan in London (1934), qui, s’il n’ouvre pas la série chronologiquement, est le premier avec un scénario original, Chan débusque avec humour, malice même, l’assassin de cette histoire qui se déroule dans un manoir de la campagne anglaise, avec aristocratie dédaigneuse et serviteurs obéissants, un  condamné à mort que seule sa soeur sait innocent et tente de sauver, des invités à une chasse à courre, évidemment tous suspects…Rien de plus banal sauf que notre fin limier mène son enquête avec obstination et méthode. Il fouille le passé de la victime en s’intéressant à la psychologie des caractères. Le champ sémantique de la vision est dominant car Chan interroge inlassablement les signes. Plus que patient, il joue la carte de l’humilité, voire de l’invisibilité, acceptant les préjugés d’un racisme “ordinaire” (plus encore de la part des serviteurs que des maîtres), montrant ainsi tolérance et finesse psychologique. Il incarne l’homme de couleur qui tente et parvient à s’intégrer, à l’image d’une communauté asiatique discrète et fermée: d’une exquise politesse, sentencieusement, il s’exprime en proverbes confucéens, rappels exotiques de sa “Chine ancestrale”! “Ce policier à l’efficacité redoutable qui cultive les sentences comme d’autres les fleurs” (Lacassin) se démarque du commissaire cockney d’une incomparable stupidité.

Il montre raffinement, voire élégance dans ses gestes et déplacements, en dépit de sa corpulence. Il est l’alternative à l’autre image de l’Asiatique, fourbe, cruel,  criminel à la Fu Manchu, stéréotype véhiculé par le cinéma hollywoodien de Shanghaï Express (dans lequel joue encore Warner Oland) à Frontière chinoise.

Le danger que les Chinois (et les Japonais, dès la guerre russo-japonaise de 1904-1905) nous envahissent, déployant un impérialisme militaire, puis économique et culturel  resurgit  chroniquement. C’est le « péril jaune »  connu dès le XIXème, qui joue sur les fantasmes et peurs des Occidentaux, renforcé par les diverses vagues d’immigration aux Etats Unis, en Californie, qui résonne tristement avec notre époque -on se souvient de “l’alerte jaune”, ce titre du Courrier picard au tout début du confinement.

Et puis, un autre rapprochement incongru à première vue, n’est pas sans rapport avec mon intérêt soudain pour Charlie Chan, le lien pour le moins obscur avec un autre Charlie, afro-américain cette fois, Charlie Parker, dont on célèbre cette année le centenaire de la naissance. Pour de sombres raisons juridiques liées aux droits d’enregistrement, il dut utiliser un “alias” pour un concert devenu mythique, avec un quintet de rêve, at Massey Hall en 1953.

Quand je préciserai que la femme de Charlie se prénommait Chan, (en remerciant Clint Eastwood et son film Bird d’en faire remonter le souvenir), je comprends que j’ai réussi à relier musique et cinéma, source de plaisirs les plus vifs et que je suis à mon tour, par l’écriture et la détection, puis la détection au cinéma, la piste autobiographique. Passionnante enquête en vérité.

A SUIVRE…

(1) :  La Collection pour la jeunesse de Whitman Publishing, publia, de 1932 à 1950, une collection de ces « Gros petits livres », épais mais facilement manipulables,  avec la page de gauche pour le texte et celle de droite pour les illustrations. Comme beaucoup d’éditeurs suivirent cet exemple qui rencontra un vif succès, Whitman rebaptisa sa collection BETTER LITTLE BOOKS et on peut aujourd’hui encore acheter sur internet, entre autres, des exemplaires d’énigmes de Charlie Chan.

2 Commentaires

  • Laure-Anne dit :

    C’est drôle, mon père et mon parrain me parlaient de Charlie Chan comme des Pieds Nickelés, et j’avoue que tu as réveillé ma curiosité. Je suppose qu’il doit y avoir moyen d’acheter des visionnages en VOD sur internet.. puisqu’il y a moyen de trouver les livres…
    Sinon je dois dire que pour ma part, j’ai beaucoup de mal avec les films noirs ou thrillers plus récents quand l’intrigue est mal ficelée mm quand l’escamotage de cette faiblesse permet d’autres virtuosités, ce défaut initial, mm s’il n’est pas un défaut pour le réalisateur me crève les yeux tout le long, me gâchant le plaisir du reste, c’est pourquoi je n’en suis pas forcément friande a priori. Pour moi faut qu’il y ait les deux si possible…ça arrive quand mm (Usual suspects??)
    Et j’ai un grand plaisir bon public à la malice bon enfant d’Arsenic et vieilles dentelles, ou du tout dernier subverti A couteaux tirés (Knives out) de Rian Johnson avec Daniel Craig à contre emploi, et ce même si la critique l’a accueilli du bout des lèvres. Oui l’énigme est démodée, mais j’aime ça et il faudrait que je voie un de ces Charlie Chan, l’interprète en fût-il suédois, jouer c’est justement cela, incarner l’ailleurs de tout autre…

  • Sophie Chambon dit :

    Je ne te conseillerai tout de même pas d’aller jusqu’à acheter un DVD…essaie de voir des extraits sur youtube. Pour te faire une idée. Ce qui est intéressant c’est le contraste entre les Anglais et le détective chinois…..dont on ne devine pas du tout qu’il est Suedois 😘
    Oui, j’ avais beaucoup aimé Usual Suspects, le genre de films qu’il faut voir plusieurs fois… Très fort…
    Dans un genre proche, j’ai encore revu Mulholland Drive et il me manque encore beaucoup de pièces au puzzle….

Laisser un commentaire