Mes coiffeurs

 

Mon coiffeur est excentrique.

Jusqu’à présent je fréquentais des professionnels de la coiffure qui n’étaient pas très originaux mais un jour je me suis aventuré du côté d’Eric, un coiffeur pour homme, qui exerçait tout près de mon domicile et cette proximité m’avait décidé à le visiter. Eric ne se distinguait de la plupart de ses collègues que par un catogan. Le coiffeur se signalait par sa coiffure. Tout était normal en somme. Mais il parlait aussi beaucoup et m’obligeait de temps en temps à m’inscrire dans la conversation ce qui m’était pénible. Il terminait invariablement sa coupe de cheveux par deux formules singulières. La première : « On se sent mieux ? » amenait à se demander si ce coiffeur n’avait pas une vocation rentrée pour le corps médical. C’est en ôtant la blouse de protection pleine de mes déchets capillaires qu’il ponctuait la séance par la deuxième phrase choc : « Allez on n’en parle plus ! » Je trouvais un peu saugrenu qu’on puisse se focaliser ainsi sur ces touffes de cheveux qui jonchaient tristement le sol du salon. Un jour, le salon a fermé. On n’en a plus parlé. Il a fallu que je trouve quelqu’un d’autre pour prendre la suite. Je n’y coupais pas.

Pourquoi pas une femme ? ça changerait. Elle s’appelle Jeanne. Le salon lui c’est « A vos couleurs ». Il est mixte. Un côté homme et un côté femme avec les casques d’un seul côté, on ne peut pas se tromper me dis-je. Je choisis le bon côté et Jeanne me coiffe plutôt bien et j’apprécie sa discrétion voire son quasi mutisme en matière de conversation. Avec elle on ne coupe pas les cheveux en quatre. Elle a des petites attentions qui vont me fidéliser. Si le blanchissement de mes cheveux est cause perdue, il n’en est pas de même avec mes sourcils. Ayant atteint une certaine maturité, ils sont avec le temps envahis de fils blancs. Jeanne non seulement les coupe et les épile mais elle efface, en la teignant à l’aide d’un pinceau, la blancheur du ou des poils rétifs. Ni vu ni connu. On n’en parle plus! J’étais donc satisfait de ma coiffeuse. Mais un jour passant devant le salon, je vois de lourds placards en bois qui masquent la vitrine. C’est mauvais signe me dis-je. Il paraît qu’ils ont été cambriolés, une vraie dévastation ! me dit l’employé de la banque qui jouxte le salon. Pas moyen de joindre Jeanne, je me sens orphelin. Quelqu’un doit pourtant s’occuper de ma modeste toison.

On me donne un numéro en urgence. « Allo Alexandro c’est pour une coupe. -Pas de problème. Vous avez mon adresse ? -Oui. -Très bien téléphonez moi quand vous êtes devant le portail. » J’acquiesce un peu étonné par cette mention de portail. Je suis devant l’entrée d’un lotissement. J’appelle. On me donne un code. Je cherche dans la résidence quelque chose qui s’apparente de près ou de loin à une vitrine de salon mais il n’y a que des garages. Une porte se soulève alors et à ma grande surprise se donne à voir un salon assez rudimentaire certes mais fonctionnel : un seul fauteuil et le matériel capillaire adéquat. Pas vraiment d’endroit où poser ses vêtements (un porte manteau perroquet n’aurait pas été inutile) et une seule chaise pour attendre son tour mais en revanche il y a la télé qui occupe une place de choix. Alexandro est d’origine portoricaine et ça se voit dans le salon (il y a des drapeaux) mais aussi sur l’écran. Un beau gosse apparaît portant des lunettes de soleil, plusieurs bagues et des boucles d’oreille assorties ainsi qu’un collier de perles. Il s’adresse au spectateur chantant et dansant entouré de très nombreuses bimbos légèrement vêtues qui peuvent, de ce fait, s’immerger dans une piscine hollywoodienne et jouer les Esther Williams modernes. Quant au chanteur latino, il exhibe ses tatouages qui recouvrent complètement son torse. Cette vidéo qui tourne en boucle et en sourdine (Ouf!) n’empêche pas la conversation. Le client qui occupe l’unique fauteuil évoque le match de la veille en coupe de France : « Comme ils se sont trop fait démonter les parisiens, j’ai kiffé grave. L’arbitre, il a bien fait de siffler péno à la dernière minute. Le commentateur, je peux pas le piffer, il disait c’est pas volontaire mais quand y a main dans la surface c’est péno et on ferme sa gueule ! » Alexandro a l’air tout à fait d’accord quant à moi je n’ai pas vu le match et j’observe un peu inquiet Alexandro dans ses œuvres mais il se débrouille bien en matière de coupe. Vraiment champion ! Le client qui porte un teeshirt où l’on peut lire FUCK paye et récupère son casque (c’est de moto qu’il s’agit bien sûr). La porte du garage s’ouvre et se referme sur le coiffeur… et moi. C’est mon tour. Alexandro m’interpelle avec un petit sourire. « Vous voulez les cheveux verts comme moi ? -Heu non une coupe classique. -Vous aimez la musique latino ? -Oui je n’ai rien contre. »

Je n’ose pas lui parler de mes sourcils

 

 

 

 

André Bellatorre

André Bellatorre

Il a assuré pendant deux décennies des cours de littérature contemporaine dans le cadre du DU d’écriture. Il y a cultivé la notion de métalepse narrative mise au jour par Gérard Genette. Il a publié deux ouvrages Le printemps du temps (avec Michèle Monte) et l’Aventure narrative (avec Sylviane Saugues) créé et collaboré à la revue d’écritures Filigrane, voilà pour l’écrit. L’oral ? Une communication au colloque de Cerisy. Il anime aussi des ateliers d’écriture buissonniers de temps en temps. Le dernier en date en 2020, un atelier sur l’épistolaire…

    Voir tous ses articles

    9 Commentaires

    • Coiffeurs, coiffeuse, coiffures, ça décoiffe et on en redemande : quel sera le quatrième coupeur de cheveux ? Ou la quatrième faiseuse de sourcils rénovés. En lisant ces épisodes citadins on voit tout de même que le métier n’est plus ce qu’il était. « Au village sans prétention », il n’y en avait qu’un, figaro, merlan et barbier. La coupe se résumait à « la raie à gauche, au milieu ou à droite ? » et elle ne se pratiquait que les dimanches matins pendant la messe des paroissiennes. Ciseaux, tondeuse, blaireau, rasoir coupe-chou, et pour finir l’eau de Cologne, « un remède devenu parfum. » Que du classique en somme, dont notre narrateur intimidé par ses coiffeurs excentriques, devrait demander la renaissance. À moins que, en dernier ressort, il opte comme Yul Brynner, le précurseur, pour la boule à zéro.

      • André Bellatorre dit :

        Non merci je ne serai pas un nouvel émule de Yul , je n’ai pas ce cran là, mais je ne détesterais pas essayer les coiffeurs de village évoqués par JJD. J’en ferais surement mon miel.Comme quoi la simplicité peut elle aussi être excentrique…

    • Laure-Anne FB dit :

      Sans nous mettre la tête au carré ni au bol, vous brossez, cher AB, le portrait de quelques peigneurs de girafe, qui a tout l’impeccable de la mise en plis d’un commentateur de foot !

      • André Bellatorre dit :

        Merci chère Laure Anne. Une mise en plis certes mais sans le recours aux bigoudis, quand même…

    • sophie Chambon dit :

      Seigneur! Le supplice du casque avec les innombrables rouleaux de tout calibre et les piques (admirablement nommées, écorchant le cuir chevelu, avant qu’il ne soit définitivement brûlé par le « sirocco du séchoir ») qu’il fallait tendre patiemment à la coiffeuse…
      A tout prendre, cher AB, votre typologie des experts de tout poil, ras, frisé, ondulé, bouclé…votre galerie de ces « délicieux » coiffeurs actuels, excentriques certes ( jamais de mauvais poil, avec vous?) est drôle. Et l’on se demande ce qui est vrai dans vos boîtes à tifs, en oubliant que ce pourrait ne pas être vraisemblable. C’est ça la fiction…

      • André Bellatorre dit :

        Oui, c’est vrai, pour les femmes le passage chez le coiffeur peut être un supplice. Pour les hommes, déjà c’est moins long et du coup ça se prête à la drôlerie. Merci de l’avoir appréciée, chère Sophie, dans votre commentaire piquant et savoureux. Pour le reste je m’en remets paresseusement à Boileau « Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable ». (Vous avez dit classique?) Il peut y avoir de l’indécis dans l’air (et dans l’art) du récit. Oui c »est le propre de la fiction.

    • Sophie Chambon dit :

      Je m’incline, maître, devant la référence. Je pensais seulement à Hitchcock qui disait sensiblement la même chose. Aurait-il lu, diable d’homme, notre classique?

    • Dominique dit :

       » Ces conversations de coiffeur sont la preuve irréfutable que les têtes sont là à cause des cheveux « . Karl Kraus

    • Almaviva dit :

      Un texte rafraîchissant qui donne à voir une belle brochette de coiffeurs(ses) : Eric le barbier fâcheux, ou devrais-je dire barbant, aux formules éculées, Jeanne la muette, aux délicates attentions, qui coupe les sourcils au peigne fin et Alejandro qui n’ose couper la parole à ses clients-supporters dont les éructations n’ont rien de ciselées.

    Laisser un Commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.