Concluant l’introduction à son blogue intitulé Sur une île j’emporterais, journal d’explorations littéraires, elle écrit : «Écrire sur l’écriture des autres reste écrire. C’est creuser par les mots cet acte puissant, singulier, incroyablement humain qu’est l’écriture, pour en sonder, dans un mélange délectable et désespéré, l’infinie profondeur. »

 

Texte d’Isabelle Louviot

 

2 Commentaires

  • Laure-Anne dit :

    Oui c’est encore écrire, et, en quelque manière, il y faut moins de paresse, car on y contraint un tant soit peu sa propre parole et son propre verbe pour servir ceux d’autrui !

  • Ariane Beth dit :

    Et ce que j’aime dans cet exercice, c’est que c’est écrire à partir de l’autre, entrer dans son mode de ressentir et de penser … et en plus souvent découvrir qu’il dit tellement mieux que soi ce que l’on aurait dit.

Laisser un Commentaire