PERSONNAGE 1 – Les représentations qui permettaient aux hommes de s’identifier eux-mêmes et de se reconnaître entre eux ont disparu si bien que n’ont survécu que des notions d’adéquation et d’usage.

Un univers où tout est identique à tout – entièrement nivelé –, où rien ne ressort de rien.

PERSONNAGE 2 – Les gens s’identifient entre eux à tout et à n’importe qui ; ce sont des modes de l’indifférencié et de la jalousie… L’égalitarisme n’est pas la justice.

PERSONNAGE 1 – Je ne sais pas si la société existe encore dans les sociétés occidentales, mais il y existe encore des classes sociales. Lesquelles…?

PERSONNAGE 2 – Monde où tout le monde est devenu étranger à tout le monde, où celui qui se comporte en riverain, en concitoyen ou en proche est considéré comme étrange.

PERSONNAGE 1 – Ils s’indiquent des choses mais n’échangent plus rien.

PERSONNAGE 2 – Gens totalement extérieurs les uns aux autres. Chacun échappe largement à l’autre. Éloignement des hommes entre eux.

PERSONNAGE 1 – Il y a ces hommes qui ne s’identifiant plus eux- mêmes ne s’identifient plus entre eux.

PERSONNAGE 2 – Ayant pris peur d’eux-mêmes ils prennent peur des autres.

PERSONNAGE 1 – Ils fuient les autres comme ils se fuient eux- mêmes.

PERSONNAGE 2 – Pour certains, leur histoire personnelle devient leur raison de vivre et l’image du monde.

PERSONNAGE 1 – Ils ne s’intéressent pas à ce que tu racontes ; ils s’intéressent aux fantasmes qu’ils ont de toi et d’autres autour de toi.

PERSONNAGE 2 – La question n’est pas que les gens montrent ce qu’ils sont ; la question est qu’ils continuent à occuper la place qu’ils ont dans l’esprit des autres.

PERSONNAGE 1 – Ce que les gens attendent des autres, c’est qu’ils leur disent exactement ce qu’ils veulent entendre.

PERSONNAGE 2 – Ceux qui croient faire l’investigation des autres mais qui à terme ne trouvent jamais qu’eux-mêmes.

PERSONNAGE 1 – L’image qu’ils ont des autres est en fait une justification d’eux-mêmes.

PERSONNAGE 2 – Le petit théâtre intérieur où chacun vient faire jouer aux autres leur rôle de plus ou moins bon gré.

PERSONNAGE 1 – On croit que ce qu’on comprend est la réalité alors que c’est tout autre chose, une certaine représentation qu’on en a.

PERSONNAGE 2 – Je n’agis pas parce qu’il faut agir de telle ou telle manière. J’agis en fonction d’une mythologie interne.

2 Commentaires

  • Laure-Anne FB dit :

    Vladimir et Estragon, Mercier et Camier rôdent dans les parages, avec une bonne pincée de o tempora o mores… Ce qui est sûr c’est que « ça » essaye encore de se parler dans vos existences, nonobstant les masques et nez rouges, envers et contre les obstacles contemporains !

  • René C dit :

    Merci d’avoir trouvé un talent de parole si plaisant à mes personnages !

Laisser un Commentaire