Le liner est blanc-violet il a des bleus
faut pas le décrocher pas
toucher les abeilles
pour sortir il tire les bords brûlants
part avec des roues dans la verdure

.
*

.
Avec le petit-frère ils bagarrent l’eau
murailles et bulloirs
leurs arcs-en-ciel
ils ont du chlore dans les poumons
c’est pourquoi la nuit a cette saveur
si dure

.
*

.
Piscine hantée
croisière malsaine
guêpes et coccinelles
la patte au cœur
en sauver une une fois
prendre le ciel autour
arracher l’eau

.
*

.
La voisine elle c’est volley
son frère au centre lobe
impeccable ils frappent la balle
molle très fatiguée pleine de soleil
quand elle tombe à l’angle de la piscine
ils ont pas peur de se prendre les mains
les maillots le bras de la voisine au ventre, son cœur
mort

.
*

.
Ils sèchent sur des serviettes
neuves et l’herbe fichue
ça sent la boue sucrée le vomi
des figues –– l’eau nocive
ils ont trempé longtemps les yeux dans l’acide neutre
et tout leur vient sous des plaies grasses des trous velues
qui pulsent

.
*

.
Alors
crises d’arrosages
toute la pelouse les noie
batailles d’orteils
la boue tendre
ils se dépêchent serviettes
aux pieds
sur la terrasse aux carreaux oranges
vers la table en mercure
il fait paisible à l’ombre
les chaises ont la chair de poule

 

Ces poèmes sont issus du recueil « Le cahier d’eau »

.

..

.

(Image Fotomelia)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Germain Tramier

Germain Tramier

Germain Tramier explore les contrées de l'enfance et de l'imaginaire, son écriture s'inscrit dans le sillage des littératures oniriques ; elle porte une réflexion sur le temps ou la conscience, mais aborde également des notions plus politiques comme celle d'antispécisme. Son recueil Corps silencieux a reçu le prix de La Crypte en 2018.

    Voir tous ses articles

    Un Commentaire

    Laisser un Commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.