Don Juane, d’après Molière,

par Emmanuelle Erambert et l’Atelier continue Compagnie

 

Mais qui est Dom Juan finalement ? Serait-ce Dame Don Juane ? Une femme déniaisée qui, tout comme l’homme séduisant ses conquêtes autrefois, aiguise son pouvoir au gré de celles-là ?

La séduction est universelle, mais certainement pas conforme, Don Juane en chasseuse avertie, l’a bien compris ; qu’un être manque et Don Juane accourt, elle joue de ses charmes donjuanesques, sans vergogne, au fil de ses aventures, selon que le coeur lui en dit, ou pas.

Don Juane est le Dom Juan de Molière au mot près. Un Festin de Pierre imprévisible se prépare dans les coulisses de sa vie, le défiant en tant que son ennemi mortel. A qui Don Juane se mesure-t-elle en réalité ?

 

 

C’est que la dernière des conquérantes, enrayant dans sa cape irréductible l’hypocrisie en vogue, femelle redoutable à qui rien ne résiste, celle qui désarçonne, déconcerte, surprend, mais sans jamais tomber dans un piège, s’invite au parfum d’une autre noce. Déjouant les codes, marchant sur les conventions, se promenant au petit bonheur la chance pour séduire un public toujours plus grand, Don Juane est à elle seule toute la commedia dell’arte réunie.

Seulement Don Juane n’est pas heureuse, Don Juane n’est même pas amoureuse… Sûre d’elle, intrépide, dévoreuse de vies, le pendant masculin du héros de Molière va mourir, elle mourra bientôt sur scène, devant nous. Don Juane s’est moquée, elle s’est jouée de la mort comme de l’amour, mais finalement elle partira sans autre forme de croyance que la Raison, science qui orne nouvellement ce monde, et à qui Molière a emprunté tous ses plus beaux arguments de séduction pour rendre son diable le plus crédible du monde.

 

 

C’est que Don Juane a toujours raison, elle est dans son temps et, les inserts musicaux au sein de la pièce de théâtre Don Juane appuieront mes dires, elle connaît la chanson. C’est une femme d’action qui prend ses décisions vite et bien, puis raisonne enfin avec une dextérité d’occasion prodigieuse.

Don Juane nous quitte d’être tellement là, dans notre époque, faite de notre facilité notoire, tristesse d’un amour fantasmé mais jamais vécu.

Don Juane fait perdre au spectateur la mémoire du désir. Le public en pleure, offrant au stratège suprême des amours, un étonnement du coeur devant la mort.

Bande annonce de DON JUANE

 

Laisser un commentaire